Kuehne-Nagel : communiqué de presse

Publié le 22 juillet 2014

6 salariés licenciés pour faute grave

5 élus dont 3 de la CGT en cours de licenciement pour faute grave

La direction de Kuehne-Nagel appelle ça du dialogue social !

 

Le 6 juin les salariés, syndiqués ou non, étaient grévistes pour obtenir une augmentation de salaire.

A compter du 11/06/14 les salariés ont eu comme priorité d’améliorer leurs conditions de travail. Ceci est dû à plusieurs dangers graves et imminents au sein de l’établissement Kuehne-& Nagel à Savigny le Temple, comme par exemple l’existence de nombreux trous, de fissures dans le sol, une absence de sens et plan de circulation dans l’entrepôt, une absence de formation en matière dangereuse pour les salariés, l’inexistence de capteurs de quai sur l’ensemble du site.

Tous ces points, le syndicat CGT les avait portés à la direction à travers plusieurs courriers pour que celle-ci prenne les dispositions nécessaires.

Mais plutôt que de répondre aux revendications des salariés, la direction fait du nettoyage et licencie pour faute grave des salariés qui ont, en moyenne, plus de 8 ans d’ancienneté.

Malgré qu’aucun quota minimum ne soit notifié dans leur contrat de travail, le seul reproche de la direction à leur encontre est une baisse de productivité sur 9 jours !

Pour la direction ces salariés sont coupables et mettraient en péril l’entreprise et l’économie locale, voire nationale !

Le syndicat CGT rappelle que les actionnaires de l’entreprise ont reçu cette année pas moins de 570 millions d’euros de dividende.

Les élus CGT et les salariés de l’entreprise n’ont comme seul tort que celui d’avoir assumé leur responsabilité et porter des revendications pour pouvoir vivre et non survivre dans ce monde CAPITALISTE.

Pour le syndicat CGT, les 6 licenciements pour faute grave et la procédure de licenciement pour faute grave pour les 5 élus, sont en fait un PSE déguisé !

La direction et les actionnaires ne régleront rien par la mise en place de licenciements contre les salariés.

Ces méthodes patronales d’un autre âge sont inacceptables.

La CGT, quant à elle, continuera par tous les moyens à défendre le droit de grève, le droit d’expression des salariés et à faire aboutir les revendications des salariés.

Enfin, la CGT demande à la direction de l’entreprise KUEHNE-NAGEL de rétablir le dialogue social, le maintien de l’emploi des six salariés licenciés pour faute grave et l’arrêt dès à présent des procédures de licenciement pour les cinq élus.

Version imprimable : Communiqué de presse Kuehne & Nagel